La douleur

Croyez-le ou non, la douleur est bénéfique. Elle nous alerte d’un problème afin que nous puissions le résoudre avant qu’il ne s’aggrave. Sans la douleur, nous pouvons nous faire du tort et nous épuiser prématurément.

La douleur chronique

La douleur chronique est un véritable problème. Bien qu’elle nous informe qu’une affection sous-jacente n’a pas été traitée depuis trop longtemps, la douleur chronique est paralysante et peut entraîner des troubles musculo-squelettiques. La douleur chronique peut aussi nous imposer un mode de vie plus sédentaire en raison d’un désir d’éviter la douleur, ce qui peut nous exposer à des risques et à des complications de santé connexes, si elle n’est pas traitée.
Combien de fois la douleur vous a empêché de faire une activité physique? Combien de congés de maladie avez-vous pris à cause d’une douleur qui ne semble jamais disparaître? Combien de nuits ont été interrompues par la douleur, ou combien redoutez-vous la première heure après le réveil?

Traiter la douleur

Veuillez toujours consulter un spécialiste de la santé avant d'entreprendre de nouvelles options de gestion de la douleur. Cela peut inclure votre médecin de famille, thérapeute, physiothérapeute, chiropraticien, ostéopathe, acupuncteur ou massothérapeute, pour n'en nommer que quelques-uns.

Médicaments pharmaceutiques

Les médicaments en vente libre tels que les analgésiques peuvent être bénéfiques pour traiter la douleur aiguë, mais ne doivent pas être utilisés à long terme. Les médicaments sur ordonnance, tels que les opioïdes et les anti-inflammatoires, peuvent également être nécessaires si votre douleur est débilitante. Bien qu’ils réduisent la douleur à court terme, ils traitent généralement les symptômes plutôt que la cause de la douleur et peuvent créer une dépendance à long terme.

Intervention chirurgicale

Dans certains cas, une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire afin de traiter des problèmes graves. La chirurgie n’est, espérons-le, considérée qu’en dernier recours. Assurez-vous de parler avec votre médecin afin de bien comprendre les risques et les conséquences possibles avant de subir une intervention chirurgicale, ou un autre traitement invasif. Si possible, vous pouvez opter pour des approches alternatives et non invasives.

Thérapie manuelle

La chiropratique, la massothérapie, l’ostéopathie et la physiothérapie sont généralement des approches non invasives et souvent recommandées dans le cadre d’une approche holistique du traitement de la douleur musculo-squelettique. En plus du traitement, les praticiens recommandent souvent de suivre des régimes d’exercices réguliers pour améliorer la force et le conditionnement des muscles ciblés, afin de prévenir les blessures futures et la récurrence des symptômes.

Alternatives naturelles

L’exercice et les compresses sont des options naturelles, non invasives et ne créent pas de dépendance. Les compresses réduisent l’inflammation, la douleur et la raideur, mais leurs bienfaits peuvent être de courte durée à moins que les muscles sous-jacents ne soient renforcés. L’emploi de compresses et l’exercice physique traite la source de la douleur de manière naturelle et durable. Les avantages comprennent une meilleure flexibilité, un flux sanguin et une posture améliorés et une diminution des risques de blessures.

Chin tuck

Un cou fort nous aide à prévenir les blessures, à avoir une meilleure posture et à traiter et même prévenir la récurrence de la douleur. Le «chin tuck» est un exercice clé de rétraction cervicale recommandé par les professionnels de la santé afin de corriger une mauvaise posture et de renforcer les muscles affaiblis, en gardant la tête alignée au-dessus de la colonne vertébrale au lieu de se pencher vers l’avant (FHP : Forward Head Posture, ou « text neck »). Une posture appropriée lors de cet exercice améliorera la force, la flexibilité, la circulation sanguine et la fonction globale du cou.

Pourquoi ça marche

Lorsque effectué correctement et régulièrement, le « chin tuck » aligne la colonne cervicale afin de cibler et de renforcer le sterno cléido mastoïdien, les fléchisseurs cervicaux profonds et les fléchisseurs cervicaux inférieurs, tout en étirant les muscles scalènes le long de l’avant du cou et les muscles sous-occipitaux à la base du crâne.

Puisque les muscles du cou soutiennent la colonne cervicale et contribuent au mouvement fluide de la tête, du cou, du haut du dos et des épaules, il est essentiel de les renforcer afin de prévenir les blessures.

XtreemNek

Nous avons développé XtreemNek pour vous aider à effectuer le « chin tuck » correctement afin d’augmenter son efficacité et réduire les risques de blessure. XtreemNek dispose d’un mécanisme comportant des bandes de résistance robustes afin que vous puissiez l’utiliser dans le cadre de votre traitement ou de votre régime de conditionnement et d’entraînement régulier.

Muscles ciblés

  • Sterno Cléido Mastoïdien (SCM): Le SCM se fixe à un os derrière l’oreille à l’une de ses extrémités, nommé le processus mastoïdien, et descend à l’avant du cou pour se fixer à la fois au sternum et à la clavicule. Lorsque l’un ou les deux SCM se contractent, la tête peut pivoter sur le côté ou le menton peut s’incliner. Ce gros muscle aide également à protéger les structures fragiles, comme l’artère carotide.
  • Fléchisseurs cervicaux profonds: Ce groupe de muscles comprend les muscles longus capitis et longus colli, qui courent le long de l’avant de la colonne cervicale. Les muscles fléchisseurs cervicaux profonds sont impliqués dans la flexion du cou vers l’avant et aident à stabiliser la colonne cervicale.
  • Muscles scalènes: Situés de chaque côté du cou, ils interviennent dans la flexion, la flexion latérale et la rotation du cou.
  • Sous-occipitaux: Ces muscles relient le haut de la colonne cervicale à la base du crâne. Ils jouent un rôle clé dans l’extension et la rotation de la tête.

Contactez-nous

514-945-2769

Sociaux

Your Shopping cart

Close